Simulation 3D salle HC
  • figure 1 : simulation 3D salle à l'origine

Création cloison séparation
  • figure 2 : cloison abattue et remontée 40cm + loin

RT60 avant traitement salle
  • figure 3 : temps de réverbération catastrophique

Simulation 3D salle finale
  • figure 4: simulation 3D prévisionnelle

Scène avant enceintes encastrées
  • figure 5: façade avec les 3 enceintes THX encastrées

Panneaux acoustiques sur-mesures
  • figure 6: salle après travaux et nouvelles mesures

RT60 après traitement
  • figure 7: réverbération après traitement

Arriere salle homecinema et rack
  • figure 8: panneaux absorbants

Back box enceinte centrale

 

Le gros oeuvre et l'isolation

 

Outre le placard abattu, la première étape a consisté à déplacer une cloison pour gagner 40cm en largeur, passant la salle de 2.80m de large à 3.20m (figure 2). Cela permettrait de placer 3 fauteuils ou un canapé 3 places sans soucis. On a ensuite doublé en placo toutes les parois, afin d'améliorer un peu l'isolation mais surtout de modifier les fréquences de résonance de ces parois qui perturbaient le son.

L'isolation serait loin d'être optimale, il aurait fallu pour cela créer une boîte dans la boîte, au moins avec une dalle sèche désolidarisée et reconstruire des cloisons sur cette dalle. C'était tout à fait impossible dans une salle de telles dimensions. Nos recommandations en terme de niveau d'écoute ne pourraient être au niveau référence des films tels qu'ils devraient être vus, mais ça ne dérange pas le propriétaire qui  n'a pas pour habitude d'écouter si fort. Un nouveau niveau de référence autour de -10 à -15dB sera pris pour cible.

 

 

Mesures audio et choix du matériel

 

Après une simulation de la réponse de la salle aux fréquences de son grave, une première série de mesures audio a permis de valider le modèle théorique.

A cela s'ajoute la mesure du temps de réverbération, un facteur clé dans le rendu acoustique d'une salle. On voit sur le schéma figure 3 qu'il était catastrophique, avec des fréquences dépassant la seconde pour le RT30 (temps que met le son pour décroître de 30 décibels).  Le traitement allait pouvoir être choisi d'après les calculs qui découlent de ces mesures.

 

En parallèle du traitement, le choix du matériel était déterminant. Etant donné le peu de distance entre l'écran et le canapé (il faut toujours laisser un espace avec les cloisons pour éviter de se trouver dans le gonflement des basses), il fallait obligatoirement des enceintes peu profondes.

 

On a choisi des Sonance THX Ultra 2, enceintes encastrables réputées aux US, qui prendraient place dans des back boxes de 10cm d'épaisseur en MDF (dont une fabriquée pour l'occasion, figure 10). Elles seraient encastrées dans un mur absorbant derrière un écran transsonore tissé, réduisant au minimum l'encombrement. Le caisson restait à ce moment un Paradigm Sub12, mais peut-être par la suite remplacé par un caisson sur mesure permettant une meilleure intégration

 

L'image sera confiée à un projecteur JVC x500, dont la focale permet d'éclairer toute la surface de l'écran et même un peu plus si nécessaire.

 

 

Traitement acoustique

 

Sans révéler toutes nos ficelles, le traitement s'orienterait sur une absorption principale des fréquences  graves et bas-médiums, tout en préservant la réverbération des aigus pour ne pas rendre la salle trop mate. La salle serait donc très différente de ce qu'on voit souvent sur les forums, où il y a du tissu sur tous les murs, des dalles acoustiques au plafond, et énormément de laine de roche. Ici, la localisation du traitement est primordiale pour obtenir l'effet souhaité, ainsi que le type de panneaux et de matériaux utilisés, car le parquet et les murs en placo peints seront conservés. Le placoplâtre resterait gris d'ailleurs au plafond, pour permettre des jeux de lumière éclatants.

 

L'énorme avantage de ce type de traitement est qu'il ne fait pas perdre de surface dans la salle, contrairement à un traitement classique, et pourtant il fonctionne ! La preuve en figure 7, qui montre le temps de réverbération après traitement : le RT30 est transfiguré, quasiment linéaire entre 100 et 1000Hz. La légère remontée dans l'aigu sera maîtrisée par l'ajout de quelques panneaux de mousse latéraux à l'arrière de la salle si le canapé ne suffit pas.

 

Le résultat est remarquable pour une salle de cette taille. Le son reste vivant, les effets surrounds sont enveloppants. L'acoustique est en adéquation avec le cachier des charges.

 

 

Optimisation

 

Reste à calibrer le son et l'image et rechercher les petits détails pour encore améliorer le rendu, comme la teinte des panneaux assortie au canapé, un rideau noir sur le coté gauche à l'avant de la salle, un tapis un peu plus grand... Autant de conseils que nous vous donneront pour obtenir le meilleur résultat.

Scène avant éclairage naturel
  • figure 9: avant lasure des panneaux latéraux

Scène avant éclairage LED
  • figure 11: éclairage led et spots des coffrets plafond

Etude d'une salle sous les combles

 

Le homecinema présenté dans notre exemple prend place dans une salle complexe, qui aurait été refusée par certains professionnels.

Petite (14m² avant travaux), à l'étage, mansardée (ce n'est pas propice à une bonne acoustique) et à budget serré. De surcroit, le propriétaire ne souhaitait pas en faire une "batcave", comme l'on dit, une salle noire obscure oppressante visuellement et étouffée acoustiquement. Il souhaitait également conserver son parquet tout neuf.

 

L'étude a donc pris en compte tous ces facteurs.

 

Tout débute avec une simulation 3D qui évoluera tout au long de la construction et des discussions avec le propriétaire. Elle permet de placer le matériel, de se rendre compte de l'esthétique de la salle, d'évaluer géométriquement l'impact du son et de l'image, de schématiser l'emplacement des câbles...

  • figure 10: fabrication des caisses des enceintes

​Copyright © 2020 KazCorporation, All rights reserved.​

 

SIREN 753 964 246