KazCorporation en partenariat avec EasySols vous présente un autre concept de Cinéma Privé nommé « Luxury Classic Theater », qui comme son nom l'indique, est plus classique que les Open Sky Theater déjà présentés. Vous allez voir que la réalisation parait à priori plus simple, mais en réalité le temps de travail a été assez proche d'Open Sky Theater II : 19 jours de travail et des journées de 12h.

 

Voici les grandes lignes de son cahier des charges :

 

  • une isolation solide contre les bruits extérieurs,

  • une acoustique précise proche d'une vraie salle de cinéma,

  • une esthétique raffinée et intemporelle,

  • un budget contenu inférieur à 1000€/m² tout compris.

 

Pour situer le contexte, il s'agissait d'exploiter un espace en sous-sol dans le garage ouvert d'une maison d'un quartier résidentiel. La première difficulté fut de délimiter l'espace.

Les contraintes :

  • un plafond à 2.10m constitué de polystyrène

  • la proximité de la route

 

Il est évident qu'un plafond à 2.10m n'autorise pas une isolation parfaite comme on a pu le voir auparavant, car il est impossible de faire un plafond désolidarisé qui prendrait moins de 20cm de hauteur. Le premier compromis réalisé serait donc au niveau de la transmission des bruits à l'intérieur de la maison, par le plancher du rez-de-chaussée. Heureusement, l'emplacement choisi pour la salle est surplombé par la cuisine et une partie du salon, donc aucune chambre ne sera gênée par le bruit des projections.

 

La proximité de la route provoquait une lourde résonance d'infragrave à chaque passage de voiture : c'était irrecevable dans le cadre de l'utilisation d'un homecinema et il allait falloir y remédier.

 

Comme pour chaque salle, une simulation 3D nous a permis de faire les bons choix au niveau emplacement du matériel et esthétique, en plus d'offrir autant de plans que nécessaire, à l'échelle et exploitables pour la construction et l'établissement du traitement acoustique.

 
Simulation 3D de la salle et Workplans
1/4
 
 
1. L'isolation acoustique

(voir Open Sky Theater II pour les explications détaillées concernant l’isolation)

 

Comme dit plus haut, l’importance ici donnée à l’isolation concernait exclusivement les bruits extérieurs, et principalement ceux de la route assez fréquentée proche de la maison. En effet seule une pente de garage de quelques mètres sépare la maison de la route, et une simple porte de garage basculante métallique isolait le sous-sol. Au fond du sous-sol se trouvait une petite fenêtre basculante laissant également passer les bruits extérieurs, ainsi qu’une entrée d’air frais. A chaque passage de voiture, un bourdonnement assourdissant inondait l'espace. Plus encore que les bruits aériens, les vibrations se propageaient par le sol et faisaient vibrer la dalle de béton.

 

Une vraie catastrophe pour un Cinéma Privé !

 

Nous allons donc travailler sur 2 points :

  • Obtenir un niveau de bruit résiduel correct

  • Eviter toute perturbation des murs pour une écoute homecinema standardisée à 105dB en crête

 

Après avoir choisi le meilleur emplacement, la délimitation de la salle allait être le moyen de résoudre cet énorme problème acoustique. Et là, pas d’autre choix que d'ajouter de la masse, car même si une cloison double aurait suffit pour isoler des bruits aériens, elle n'aurait rien pu faire contre la vibration de la dalle. Après un rapide calcul de charge, nous choisissons la structure de mur la plus lourde possible et une bonne porte acoustique. La fenêtre quant à elle sera murée et isolée en laine de roche, son vantail enlevé.

 

Et le résultat est là : une fois l’isolation réalisée, la dalle du sous-sol ne vibre plus, les sons aériens sont stoppés. Double résultat donc pour un bruit résiduel dans la salle parmi les plus bas que je n’ai jamais rencontrés au cours de mes visites.

 

Le confort acoustique induit par le seuil de bruit (estimé à NR25 dans le cas présent, car en-deçà de la sensibilité de mon sonomètre) est impressionnant et propice à améliorer n’importe quelle écoute musicale.

 

L'autre point qui concerne la qualité des parois nous a conduits à choisir de ne pas cloisonner les murs. C'est à dire qu'ils sont laissés bruts pour plusieurs raisons :

  • des tuyaux d'eau qui doivent restés accessibles pour certains

  • une faible largeur de salle (3.50m pour la partie étroite)

  • une construction propre et saine

 

Nous allons donc construire le traitement acoustique directement sur les murs en béton, à l'exception du mur que nous venons de créer et qui est doublé en placo.

Dans les Cinéma, un niveau de bruit NR30 est requis au maximum. Cette courbe suit une pondération par rapport à la sensibilité de l'oreille humaine.

 
 
Aménagement et cloisonnement
1/6
 
 
2. Le traitement acoustique

 

Le principe du Luxury Classic Theater diffère sensiblement de ce que nous avons vu dans l'Open Sky: on passe d'un traitement Natural Reverb à un Low Reverb. Mais cette réverbération basse qui se rapproche peut-être davantage de l'ambiance feutrée des cinémas ne doit pas pour autant être sourde et sans vie.

Le plafond bas, qui plus est en relief avec les hourdis espacés chacun de 60cm, détermine en réalité cette réverbération, car impossible d'augmenter le temps en jouant sur les murs sans avoir d'espace en hauteur. Cela aurait conduit à un son étrange et déséquilibré dans sa spatialisation.

 

Heureusement, comme dit au chapitre isolation, la structure lourde de tous les murs donne une base saine à la salle, évitant toute perturbation du grave. Il restait donc à contrôler son extinction pour le "dégraisser" comme on dit, éviter qu'il traîne trop par rapport au médium.

 

On reprend 2 points essentiels présenté dans l'Open Sky Theater II :

  • La scène avant toujours extrêmement importante car son épaisseur de 70cm permet de traiter les basses fréquences grâce à un système de construction amplifiant l'effet du traitement et ajusté par rapport à certaines fréquences problématiques dans la salle. Ici, elle permet l’intégration de 3 enceintes colonnes de marque Klipsch sur un socle anti-vibrations sur-mesure.

  • Les murs latéraux et arrière doivent créer un champ surround homogène autour des spectateurs mais sans résonnances marquées. Ici, la nécessité d'isoler thermiquement a requis l'emploi massif de laine de verre mais divers surfaces combinées avec une structure bois rajoutées sous le tissus ainsi que des panneaux esthétiques à divers emplacements évitent que le son soit trop mat et sans vie.

 

On ajoute à cela :

  • Des bass-traps supplémentaires dans 3 angles (à l'arrière et sur le côté droit)

  • Une atténuation du premier room mode par la paroi du fond (la seule)

  • Une zone précise absorbante au plafond pour les premières réflexions

  • Des estrades qui servent également de traitement acoustique, accordées sur 2 fréquences nuisibles

  • Un placement des sièges par rapport à la fois à l'image bien sûr mais aussi aux noeuds du grave pour éviter au maximum les "trous" sonores

 

La force de cette salle est une certaine similitude du grave entre toutes les places malgré l'utilisation de 2 rangées, ce qui compliquait les choses. Du coup, l'égalisation bénéficiera à toutes les places afin de se rapprocher du même message sonore. On doit cela au ratio des dimensions de la salle, à la disposition des sièges et comme je le disais à l'absence de pollution des murs.

Ne cherchez pas ce type de mesures chez nos concurrents, ils ne les montreront jamais !

Mesures audio après traitement (sans correction électronique) aux 5 places précises d'écoute: on remarque une simlitude du grave et identique aux places d'une même rangée (rouge et bleu rangée avant et le reste rangée arrière) alors que dans certaines salles il n'y a parfois pas 2 fréquences identiques entre 2 sièges!

Animations courtesy of Dr. Dan Russell, Kettering University :

Le comportement normal d'une onde sonore  (en abscisse la distance au mur, en ordonnée la pression acoustique) : la pression se déplace en même temps que la position de la source (point rouge).

Visualisation d'un room mode : l'onde est stationnaire dans la salle : la pression augmente toujours aux mêmes endroits peu importe la position de la source (point rouge).

 
 
Traitement et mesures acoustiques
1/10
 
 
 
3. Détails

Le matériel utilisé dans cette salle est assez simple et était déjà en possession du client :

  • Ensemble Klipsch constitué de 3 colonnes identiques à l'avant

  • Surrounds bipolaires latérales Klipsch

  • Surrounds back Klipsch 2 voies

  • Caisson Velodyne CHT12

  • Ampli audio-vidéo intégré Marantz SR7005

  • Projecteur Sony vpl-HW30

 

Seule la source se démarque avec un PC de Gamer réglé par une Config Kaz pour la vidéo et se révèle très performante. Par contre, nous avons conseillé à notre client de changer son ampli audio-vidéo pour un modèle plus musclé et disposant au moins d'un égaliseur paramétrique par enceinte afin d'affiner les réglages en plus d'un petit DSP pour le caisson. Il est également probable que la gestion du grave aurait été encore plus performante et précise avec un 2ème caisson.

 

Avant de régler l'image nous avions un à priori concernant le projecteur mais cet exemplaire est vraiment bon et permet d'arroser les 3 mètres de base d'écran microperforé de façon remarquable, délivrant une image fine et profonde.

 

Il est important de souligner la flexibilité de notre société par rapport aux concurrents : vous pouvez fournir votre matériel et acheter les matériaux nécessaires, ou nous laisser tout choisir. Nos salles de Cinéma Privé sont totalement à la carte. Bien entendu si une partie de votre matériel ne convenait pas pour cet usage nous vous en informerions.

 

J'espère vous avoir prouvé qu'une étude de salle est quelque chose de complexe et qu'il est très facile de confondre esthétisme et efficacité. Le blog et le forum sont là pour compléter les informations et discuter.

 

Kaz

Le matériel est installé dans la salle avec en haut le PC Gamer à la large ventilation silencieuse et en dessous l'ampli intégré bientôt remplacé. Tout en haut l'enceinte Klipsch bi-polaire.

Temps de réverbération T30 final dans ARTA avec toutes les enceintes activées et calibrées pour se rapprocher d'une véritable mesure de réverbération. L'aigu ne remonte plus, la courbe est linéaire et le grave remonte doucement de façon naturelle. La salle est amortie mais loin d'être sourde.

Panneau sur-mesures placage bois véritable et interrupteur tactile + infrarouge pour un contrôle de la lumière (et de tous les appareils) par tablette ou smartphone. Appliques LED et bandeaux LED sous les estrades et sur un côté des panneaux pour un éclairage d'ambiance agréable et esthétique.

Réalisation de l'écran sur-mesure microperforé (toile fournie par Videopole) : pour un coût raisonnable, une superbe toile sans bords noirs pour un effet très cinéma qui, combiné à la scène avant grise, évite la sensation de noir délavé dans l'image (bluff oeil made in Kaz niveau 1).

​Copyright © 2014 KazCorporation, All rights reserved.​

 

SIREN 753 964 246